Interview des docteurs Fontenoy et Costa

QUESTION : Les symptômes de la grippe étant les mêmes que ceux du coronavirus, comment savoir si on a l’une ou l’autre maladie et quelles sont les mesures à prendre ?
RÉPONSE : On ne peut pas le savoir sans avoir effectué un test. Rappelons avant tout que nous sommes encore en hiver, où énormément de personnes présentent des syndromes viraux (fièvre, maux de tête, fatigue, mal de gorge). Pour le Covid-19, il est avéré que beaucoup de personnes sont asymptomatiques et appelées « porteurs sains ». Majoritairement, ce nouveau virus semble pas ou peu grave en soi, il l’est surtout pour une certaine catégorie de personnes fragilisées ; c’est-à-dire, les plus âgés (plus de 70 ans) et ceux ayant déjà des problèmes de santé. Si ces deux types de populations présentent des symptômes, ils seront pris en charge à l’hôpital. Pour les autres cas, ils devront rester chez eux après avoir contacté par téléphone uniquement leur médecin traitant et un autre médecin pour avis.

 

En cas d’aggravation de votre état (difficulté à respirer, grande fatigue, impossibilité de s’alimenter, perte de poids importante, diarrhée profuse) contacter le 15.

 

QUESTION : Attraper le coronavirus n’est pas si grave donc pourquoi en avons-nous aussi peur alors ?
RÉPONSE : Il s’agit d’une épidémie émergente d’un nouveau virus dont on ne connait pas l’évolution ni encore très précisément le degré de gravité. La contagiosité du coronavirus est plus importante que celle d’un virus grippal.
Dans le doute, tous les pays ont élargi leurs mesures de prévention avec un triple objectif : ne pas tomber malade, limiter les conséquences de la maladie si on tombe malade et contrôler la diffusion de l’épidémie de manière à ce que le système de santé ne soit pas débordé par le nombre de nouveaux patients à prendre en charge.

 

QUESTION : Sommes-nous encore dans la phase épidémique de la grippe en France ?
RÉPONSE : Nous sommes dans la phase décroissante de l’épidémie car le virus de la grippe étant saisonnier, il commence à disparaître au printemps. Le coronavirus étant une infection virale respiratoire, les scientifiques espèrent qu’il suive la tendance également avec l’arrivée des beaux jours. Nous pouvons noter également que la grippe n’a pas été trop violente cette année, avec un recensement d’une cinquantaine de morts seulement en France.

 

QUESTION : Les enfants sont-ils réellement une cible protégée ?
RÉPONSE : À priori, les scientifiques ont effectivement affirmé que les enfants étaient peu atteints.
Ils peuvent cependant être des « porteurs sains » et risquer de transmettre le virus à des personnes plus âgées comme leurs grands-parents.

 

QUESTION : Pouvez-vous nous rappeler les risques encourus si tout le monde ne respecte pas totalement les gestes barrières ?
RÉPONSE : La propagation du virus est soit manu portée (contact avec les mains) soit par sécrétion buccale ou nasale donc il est très important de respecter ces gestes barrières, qui d’une part nous protègent et d’autre part, protègent les autres.

 

QUESTION : Avez-vous quelques conseils à nous donner en plus des gestes barrières à respecter ?
RÉPONSE :
– À priori, le virus resterait actif sur des surfaces inertes pour une durée de 3h-4h et il semblerait qu’il soit sensible au nettoyage ; nous vous conseillons de nettoyer régulièrement les surfaces de contact sur votre lieu de travail ou chez vous (poignées de portes, toilettes, lavabo…) à l’alcool, à la javel ou aux produits ménagers. 
– De nombreux virus hivernaux sont sensibles à la chaleur, ils sont détruits à des températures supérieures à 30 degrés ; nous vous conseillons de pratiquer régulièrement des inhalations pour limiter la multiplication des germes dans la sphère ORL.
– Vous pouvez vous laver régulièrement les mains avec une solution hydro-alcoolique mais rien ne vaut un lavage de main classique de 10 à 30 secondes avec l’eau et du savon car ce dernier dégraisse et l’action de frotter a un effet favorable sur l’élimination des microbes.
– Et bien-sûr RESTEZ CHEZ VOUS !

 

Crédit photo : Julien Millet / CCAS

Author: Emilie Scortani

Share This Post On