Nos agents ont du talent

Benjamin Joly, agent des IEG sur le CNPE de Saint-Alban et apiculteur.

Bonjour Benjamin, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours dans les IEG ?
Je m’appelle Benjamin Joly, j’ai 39 ans, je suis Pacsé et j’ai 2 enfants. Je suis rentré dans les IEG il y a 20 ans en alternance à la mécanique alors que j’étais en BTS électrotechnique. À l’issu de ce cursus, j’ai été embauché sur le CNPE de Saint-Alban à la logistique. Depuis un an, je suis Chargé d’affaires Transport, toujours à Saint-Alban. Je gère tout le matériel de transport (grues, nacelles…), les déplacements sur site et hors-site, la maintenance des conteneurs, des engins… Je suis très épanoui sur ce nouveau poste qui me permet d’avoir beaucoup de contacts et de relations avec d’autres agents.

Vous êtes également apiculteur en parallèle de votre métier d’agent, comment êtes-vous arrivé à ce deuxième métier ?
Cette passion est arrivée assez récemment. Il y a 2 ans, j’ai visité en famille l’exploitation apicole (Apiland) de Serre-Ponçon et découvert l’apiculture. Pour la petite anecdote, ce même jour, au goûter, ma fille a mangé une crêpe avec une abeille dans son assiette. La semaine suivante, je rencontrais un apiculteur chez un ami qui m’a parlé de sa passion et m’a proposé de m’aider à la développer à mon tour.

J’ai tout d’abord récupéré 2 essaims que j’ai installés chez moi et qui m’ont appris à élever les abeilles et à cultiver mes premiers kilos de miel. Cette passion a vite dévoré toute la famille, c’est à ce moment-là que j’ai compris que je souhaitais aller plus loin. En 2020, j’ai signé un partenariat avec la centrale de Saint-Alban et j’ai installé 2 ruches.  J’ai ensuite discuté avec la SLVie qui était intéressée pour faire connaître et transmettre cette passion. La semaine dernière, nous avons donc créé une structure en bois en forme de U, dans laquelle j’ai incrusté une ruche pédagogique pour faire de l’observation.

Nous allons voir comment faire évoluer ce projet mais déjà plein d’idées qui fourmillent : travail avec des enfants, organisation de goûter autour du miel, création de bougies, etc.

Vous arrivez à concilier vos 2 casquettes professionnelles : agent des IEG et apiculteur ?
En deux ans, je suis passé de 2 ruches à 8, je vais donc devoir me créer un statut d’auto-entrepreneur pour continuer à évoluer à un niveau plus professionnel. Pour l’instant, je concilie les deux car mon métier d’agent me permet d’avoir du temps à consacrer à cette passion et d’agrandir tranquillement mon cheptel. J’évolue doucement et nous verrons ce qu’il se passera par la suite.

Avez-vous d’autres projets pour la suite ?
Récemment, un ami à moi m’a présenté une entreprise locale pour l’installation de ruches, j’attends un retour de leur part. Je serai intéressé pour développer ce type de projet dans d’autres entreprises de la région.

À la fin du mois de mai, j’ai proposé une animation à la Fête de la nature à Saint-Alban.

Pour l’instant, je veux en parler autour de moi, partager cette passion au plus grand nombre, petit comme grand.

Author: Elodie

Share This Post On